Sport

On connait nos Classiques – Remco Evenepoel veut-il vraiment le maillot de champion du monde ? “Il n’a rien à perdre et tout à gagner”

Written by admin

Dix ans. Dix longues années que la Belgique attend un successeur à Philippe Gilbert, champion du monde à Valkenburg en 2012. Après les tentatives manquées à Imola en 2020 et à Louvain l’an passé, notre pays à de nouveau une belle carte à jouer à Wollongong. Là où la Belgique n’avait qu’un leader unique (Wout Van Aert) lors des deux derniers Mondiaux, elle en a aujourd’hui deux : le dernier maillot vert du Tour de France ainsi que Remco Evenepoel. Mais le récent vainqueur de la Vuelta veut-il à tout prix le maillot arc-en-ciel ? Nos spécialistes en ont discuté dans notre podcast “On connait nos Classiques”Comme à chaque fois, l’analyse complète est à écouter et à découvrir dans le podcast.

Quand on lui demandait s’il était prêt à échanger sa victoire au Tour d’Espagne contre le maillot de champion du monde, Remco Evenepoel était on ne peut plus clair. “Cette année, absolument pas. Je garde ma victoire à la Vuelta parce qu’il s’agissait de mon principal objectif. C’est un rêve devenu réalité et pour rien au monde, je n’échangerai cela” confirmait-il récemment.

Personne ne lui reprochera de jouer sa carte personnelle à un moment donné. S’il veut gagner, il devra le faire.

“Bien entendu que tout coureur veut le maillot de champion du monde. Mais j’ai le sentiment que Remco est beaucoup plus détaché que Wout Van Aert parce qu’il a déjà gagné Liège-Bastogne-Liège et le Tour d’Espagne cette saison” estime notre journaliste Jérôme Helguers. Si le natif de Schepdael aborde cette course en ligne plus sereinement que ses concurrents, Rodrigo Beenkens ne croit pas pour autant qu’il sera moins motivé. “Pour reprendre une métaphore au monde du football qu’il connait bien, Remco est un buteur qui a déjà marqué” explique notre journaliste. “C’est vrai que ce détachement peut être interprété comme une forme de décompression mais je reste persuadé qu’Evenepoel est motivé comme jamais. Il n’aura rien à perdre au contraire il aura tout à gagner. La seule chose déjà claire dans la tactique belge, c’est qu’il sera co-leader avec Wout Van Aert. Personne ne lui reprochera de jouer sa carte personnelle à un moment donné. S’il veut gagner, il devra le faire. Le circuit et ses huit derniers kilomètres avec le faux plat au sommet du Mount Pleasant lui conviennent parfaitement” poursuit celui qui commentera en télé la course en ligne.

Bien que sa saison soit déjà réussie, elle le serait davantage s’il revenait avec le maillot arc-en-ciel.

Remco Evenepoel a déjà réussi sa saison. En remportant un monument et un grand tour la même année, il a réalisé ce que peu de coureurs sont capables de faire. “Pensez bien que s’il se trouve bien placé dans la dernière ascension dont le sommet est à huit kilomètres de l’arrivée, cela sera beaucoup plus simple pour lui de l’emporter en plaçant une attaque tranchante quand tout le monde doit souffler que ce qu’il a fait à Liège-Bastogne-Liège en attaquant sur le sommet de la Redoute. Bien que sa saison soit déjà réussie, elle le serait davantage s’il revenait avec le maillot arc-en-ciel” détaille notre consultant Gérard Bulens.

Van Aert aura encore quatre ou cinq possibilités là où Evenepoel en aura encore une dizaine.

Cette décontraction et cette sérénité affichée par Remco Evenepoel peuvent jouer en faveur de Wout Van Aert. “Il ne faut pas oublier qu’à Imola, Tokyo, et Louvain, c’était la pancarte Van Aert. Ici, il y en a deux. Pour battre ce duo-là, il faudra être très fort” complète Rodrigo Beenkens. “Cette saison, les objectifs de Wout étaient le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Il en est toujours à un seul monument avec sa victoire à Milan-San Remo alors qu’il veut encore remporter le Ronde, Roubaix, Liège et être champion du monde. Ça lui fait encore quatre gros objectifs alors qu’il a déjà 28 ans. Van Aert aura encore quatre ou cinq possibilités là où Evenepoel en aura encore une dizaine” conclut-il.

Si le duo Evenepoel-Van Aert fait figure de grand favori, ils devront se méfier de Mathieu van der Poel, Tadej Pogacar, Stefan Küng, Michael Matthews et du double tenant du titre Julian Alaphilippe. Sur le parcours de Wollongong, on peut s’attendre à des championnats du monde palpitants.

About the author

admin

Leave a Comment