Sport

L’Italie envoie l’Angleterre en Ligue B / Ligue des nations / Gr. C / Italie-Angleterre (1-0) / SOFOOT.com

Written by admin

Grâce à un exploit personnel de Giacomo Raspadori, seul buteur de la rencontre à vingt minutes du terme, l’Italie a battu l’Angleterre sur la plus courte des marges lors de la cinquième journée de Ligue des nations dans le groupe C. Résultats : la Squadra Azzurra conserve un espoir de se qualifier pour le Final Four, alors que les Three Lions sont relégués en Ligue B.

Italie 1-0 Angleterre

But : Raspadori (67e)

Le saviez-vous ? Lors de leurs quatre dernières confrontations, l’Italie et l’Angleterre ont à chaque fois achevé leurs 90 minutes sans qu’il n’y ait un vainqueur. Et jamais avec plus de deux réalisations inscrites, d’ailleurs (trois 1-1). Dès lors, tout le monde pouvait s’attendre à des débats serrés et équilibrés sans beaucoup de tremblements de filets, lors de cette cinquième journée du groupe C de Ligue des nations. De là à se coltiner un 0-0 sans saveur, il y aurait de quoi être déçu. Car lorsque deux équipes de cette trempe s’affrontent, chacun est en droit d’attendre un peu plus d’animation. Ce qu’a bien compris Raspadori, unique buteur à vingt minutes dans une partie qui se dirigeait dangereusement vers un score vierge, dont l’exploit personnel a offert le victoire à la Squadra Azzurra et relégué du même coup les Three Lions en Ligue B.

Gérer, observer… ou ennuyer ?


Un coup de casque de Scamacca stoppé par Pope au tout début, une tentative de Kane hors cible à la toute fin et une incapacité chronique à faire peur aux défenses adverses. Voilà, en résumé, ce qu’il faut retenir de la première période moyenne voyant l’Italie et l’Angleterre en grandes difficultés pour se créer des occasions. La possession est à l’avantage des visiteurs (54,7%), mais parler de domination ne reflèterait pas la réalité du match. Avec une frappe cadrée de chaque côté seulement, ce sont en fait les arrière-gardes qui font surtout la loi dans cette affiche prometteuse… sur le papier, où il manque par ailleurs Immobile et Verratti ou encore Calvert-Lewin.

L’Italie toujours dans le coup pour le titre, l’Angleterre en Ligue B

Au retour des vestiaires, une mauvaise nouvelle attend les amateurs de spectacle et de buts : Kane prend un coup, et ses saignements laissent augurer un changement. Finalement, l’attaquant reprend sa place… Pendant ce temps-là, Barella manque le coche. Hors-jeu, de toute façon… C’est dire s’il se passe peu de choses, à Milan. C’est à peine si Raspadori se montre, au même titre que Pope. Jusqu’à ce contrôle plutôt maîtrisé de l’attaquant, sa petite balade aux abords de la surface devant un Walker en mode plot et son joli enroulé terminant dans les cages du gardien. 1-0, enfin du plaisir pour les yeux ! Logiquement, la réaction anglaise ne se fait pas attendre : Kane teste les gants de Donnarumma en puissance sur le côté droit, mais les paluches du portier restent solides pour conserver ce petit avantage. Le break est même tout proche, Pope s’interposant devant Gabbiadini et étant juste après sauvé par son poteau. Deuxième de la poule à deux points du leader hongrois, l’Italie de l’excellent Dimarco peut donc toujours se qualifier pour le Final Four et remporter la compétition. Quant aux Three Lions, c’est la relégation.Italie (3-5-2) : Donnarumma – Tolói, Bonucci, Acerbi – Di Lorenzo, Barella (Pobega, 63e), Jorginho (Emerson, 89e), Cristante, Dimarco (Frattesi, 89e) – Raspadori (Gabbiadini, 81e), Scamacca (Gnonto, 63e). Entraîneur : Mancini.

Angleterre (4-2-3-1) : Pope – Walker (Shaw, 72e), Maguire, Dier, James – Rice, Bellingham – Saka (Grealish, 71e), Sterling, Foden – Kane. Entraîneur : Southgate.

Par Florian Cadu

About the author

admin

Leave a Comment