Science and Technology

Test Apple iPhone 14 : un smartphone toujours maîtrisé, mais sans surprise

Written by admin

L’iPhone 14 arbore un bloc photo très similaire à celui de l’iPhone 13, avec deux modules alignés en diagonale. On déplore quand même l’absence d’une troisième focale qui aurait aidé à le différencier du modèle précédent (elle est réservée aux modèles Pro, à tarif bien supérieur). On note qu’Apple promet, côté module grand-angle, l’intégration d’un capteur à la définition toujours fixée à 12 mégapixels, mais dont les pixels sont annoncés à 1,9 µm, contre 1,7 µm l’an dernier. L’optique associée ouvre à f/1,5 au lieu de f/1,6. Bref, de petits changements qui laissent espérer une meilleure gestion des basses luminosités.

En revanche, face aux smartphones à plus de 1000 € qui lui font concurrence, il faut rappeler que l’iPhone 14 manque de polyvalence : le téléobjectif de ses compétiteurs est réservé aux modèles Pro d’Apple.

Module grand-angle : 12 Mpx, f/1,5, éq. 26 mm

Les iPhone brillent généralement à l’exercice du grand-angle, et force est de constater qu’il leur réussit toujours. Il faut dire que face à un Galaxy S22 qui a tendance à livrer des clichés bruités, l’iPhone 14 l’emporte ici. L’accentuation est un peu plus marquée et accroît la lisibilité des petits éléments. La colorimétrie gagne également en justesse. Si on compare les clichés de ce nouvel iPhone à ceux de l’iPhone 13, on constate un contraste légèrement supérieur, mais pas davantage.



Samsung Galaxy S22+ (f/1,8, ISO 64, 1/180 s, éq. 23 mm)


iPhone 14 (f/1,5, ISO 40, 1/187 s, éq. 26 mm)

Le pixel-binning opéré par le Galaxy S22+ montre son efficacité face à l’iPhone 14. L’exposition est meilleure, le contraste plus marqué et le piqué supérieur. Le résultat est certes correct, mais en retrait des ténors du marché. On note tout de même que le smartphone fait un peu mieux que son prédécesseur, parvenant notamment à offrir des images moins désaturées.



Samsung Galaxy S22+ (f/1,8, ISO 200, 1/4 s, éq. 23 mm)


iPhone 14 (f/1,5, ISO 640, 1/30 s, éq. 23 mm)

Module ultra grand-angle : 12 Mpx, f/2,2, éq. 13 mm

L’ultra grand-angle de l’iPhone 14 livre des clichés diurnes pour le moins satisfaisants. Ils disposent d’un niveau de détail élevé, des micro-contrastes suffisants pour laisser apparaître les plus fins éléments, malgré quelques imprécisions en matière de colorimétrie. À titre de comparaison, les clichés du Galaxy S22 (capturés nativement en 12 Mpx) montrent un piqué moindre et un traitement privilégiant la vivacité des couleurs à leur justesse.



Samsung Galaxy S22+ (f/2,2, ISO 80, 1/100 s, éq. 13 mm)


iPhone 14 (f/2,4, ISO 64, 1/199 s, éq. 13 mm)

La tendance est tout autre de nuit, où le traitement opéré par Samsung permet de retrouver davantage de détails. Le cliché d’Apple souffre d’un bruit marqué et, pour s’en défaire, il convient de passer par un mode nuit demandant une pose longue… et accroissant les flous de bougé.



Samsung Galaxy S22+ (f/2,2, ISO 2500, 1/100 s, éq. 13 mm)


iPhone 14 (f/2,4, ISO 3200, 1/30 s, éq. 13 mm)

Module frontal et vidéo

L’iPhone 14 profite, à l’instar de l’iPhone 14 Pro Max d’ailleurs, d’une nouvelle caméra frontale baptisée, comme toujours, TrueDepth et conservant une définition de 12 Mpx. Le capteur est néanmoins associé à une optique ouvrant à f/1,9 au lieu de f/2,2 et gagnant un très utile autofocus. Les images sont bien exposées, très détaillées et le mode portrait conserve sa précision habituelle, avec quelques ratés toutefois sur les chevelures en bataille. Pour ce qui est des selfies, Apple ne s’inscrit pas dans la course aux mégapixels, mais permet de réaliser des images parmi les plus naturelles du marché, avec en bonus des effets d’éclairage intéressants.

Côté vidéo, l’iPhone 14 filme jusqu’en 4K HDR (Dolby Vision) à 60 i/s. Un mode qui n’arrive pas seul, car le smartphone profite du mode Cinématique (4K à 30 i/s) permettant de créer un effet de profondeur de champ et inauguré l’an dernier, mais aussi du mode Action. Cette stabilisation promet d’utiliser l’intégralité du capteur principal du smartphone pour une stabilisation inspirée des action cams. Et il faut avouer que l’effet est convaincant. Attention, il faut une scène correctement éclairée pour que le mode fonctionne, et l’enregistrement est plafonné à la 2,8K à 60 i/s.

About the author

admin

Leave a Comment