International

les Iraniennes du monde entier saluent le courage des femmes de leur pays

Written by admin
LOS ANGELES, CA - SEPTEMBER 23: Californian Kurds hold a demonstration and candlelight vigil to honor the memory of Mahsa Zhina Amini in front of the Federal Building on September 22, 2022 in Los Angeles, California. Amini died after being arrested in Tehran by the Islamic Republic's morality police on September 16th.   Apu Gomes/Getty Images/AFP (Photo by Apu Gomes / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)
APU GOMES / Getty Images via AFP LOS ANGELES, CA – SEPTEMBER 23: Californian Kurds hold a demonstration and candlelight vigil to honor the memory of Mahsa Zhina Amini in front of the Federal Building on September 22, 2022 in Los Angeles, California. Amini died after being arrested in Tehran by the Islamic Republic’s morality police on September 16th. Apu Gomes/Getty Images/AFP (Photo by Apu Gomes / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

APU GOMES / Getty Images via AFP

Des manifestantes iraniennes à Los Angeles après la mort de Mahsa Amini.

IRAN – « Ça aurait pu arriver à moi… » Depuis une semaine, l’Iran est en feu en réaction à la mort de la jeune Mahsa Amini, 22 ans, survenue après son arrestation pour « port de vêtements inappropriés ». Son voile ne couvrait pas assez ses cheveux selon la police des mœurs. Face à ce mouvement inédit qui met les femmes au cœur de la contestation, des Iraniennes du monde entier apportent leur soutien aux manifestantes.

« Le plus gros combat de résistance pour des droits égaux entre les hommes et les femmes se déroule maintenant, en Iran. Les femmes peuvent tout simplement mourir pour avoir des cheveux non couverts. Rejoignez-nous. Supportez-nous. Partagez le message », implore sur Instagram Golshifteh Farahani, une actrice iranienne réfugiée plusieurs années en France et qui vit désormais à Ibiza.

Très engagée contre le régime et pour la liberté des femmes, elle appelle toutes les féministes à soutenir le mouvement des derniers jours. Car elle-même a subi la loi sur la tenue vestimentaire restrictive : adolescente, Golshifteh Farahani a été victime une attaque à l’acide par un homme qui ne la jugeait pas assez couverte.

La coupure d’Internet inquiète

Depuis le début du mouvement de contestation, elle a posté une dizaine de messages dénonçant la réaction brutale du régime iranien qui a fait au moins 17 morts. L’actrice s’inquiète particulièrement de la coupure de l’accès à Internet, qui selon elle signifie que la police va « décider de tuer en masse les gens dans la rue ».

« Le destin d’une fille de mon pays… Cela pourrait arriver à moi quand j’avais 14 ans… Ce qui peut arriver à n’importe lequel entre nous aujourd’hui… C’est ça l’histoire des filles d’Iran… Nous sommes en deuil… », s’est également émue sur Twitter l’actrice et réalisatrice Zar Amir Ebrahimi, exilée en France, à l’annonce du décès de Mahsa Amini le 16 septembre.

Depuis, celle qui a reçu le prix d’interprétation féminine à Cannes en 2022 pour Les Nuits de Mashaad continue de réagir sur le réseau social pour dénoncer la répression féroce du régime. « Les femmes se soulèvent », a-t-elle aussi félicité jeudi 22 septembre, en réaction à la photo de deux femmes tête nue.

« Une révolution menée par les femmes »

Nazanin Boniadi, actrice britannico-iranienne interprète de Bronwyn dans Les Anneaux de pouvoir, se réjouit du tournant qu’elle observe en Iran tout en s’inquiétant de la violence. « À la base, la révolution iranienne de 1979 était anti-femme. Et ce que nous voyons se dérouler en Iran 43 ans plus tard est une révolution menée par des femmes », souligne-t-elle sur Twitter.

Dans ses dizaines de messages quotidiens, elle se mobilise activement et partage des images de reportages violents pour alerter l’opinion publique mondiale, des portraits de manifestants arrêtés voire tués, des conseils pour ceux qui veulent aider à diffuser le mouvement et mobiliser la communauté internationale…

Outre ces personnalités médiatiques, des rassemblements de soutien sont organisés dans le monde entier. Des Iraniennes (mais aussi des Iraniens) de la diaspora ont notamment défilé dans les rues de Montréal et de Los Angeles. « C’est une question de féminisme. Tout le monde doit comprendre que ces femmes se battent pour leur liberté », a affirmé au Los Angeles Times Niazmandi, qui a participé au rassemblement dans la ville californienne.

Des manifestations de soutien à New York et Istanbul

Une manifestation a aussi été organisée devant le siège de l’ONU à New York, où sont réunis les chefs d’État de la planète depuis le début de la semaine. Une participante, qui n’a pas souhaité donner son nom, était présente pour rendre hommage à ses compatriotes : « Elles ont mis le feu à leurs voiles face à la police, ce qui est fort quand vous avez affaire à des meurtriers… Vous risquez votre vie », a-t-elle témoigné auprès d’un journaliste de l’Agence France Presse.

Des centaines de personnes se sont également rassemblées à Istanbul devant le consulat iranien. Des Iraniennes, mais aussi des Turques, étaient présentes pour protester contre les lois restrictives dans le pays et réclamer la « liberté », rapporte le correspondant de RTL sur place.

En soutien aux femmes qui ont osé se soulever contre le pouvoir, certaines se sont coupé les cheveux comme l’ont fait les Iraniennes après la mort de Mahsa Amini. Un acte devenu un symbole de résistance et diffusé en direct sur Twitter pour montrer que « les femmes qui résistent en Iran ne seront jamais seules ».

À voir également aussi sur le Huffpost :

About the author

admin

Leave a Comment