International

Kiev poursuit sa contre-offensive, Odessa attaquée… Le point au 212e jour

Written by admin

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accordé ce vendredi 23 septembre 2022 une interview exclusive à Ouest-France , en partenariat avec d’autres médias. Depuis Kiev, il est notamment revenu sur la situation en Ukraine, les menaces nucléaires de Vladimir Poutine et la mobilisation partielle en Russie.

Sur le terrain du conflit, en Ukraine, des « référendums » d’annexion par la Russie ont débuté ce vendredi dans des quatre régions contrôlées entièrement ou en partie par Moscou. L’armée ukrainienne a également annoncé avoir repris aux Russes une localité dans la région de Donetsk, dans l’est du pays. Enfin, du côté d’Odessa, un civil a été tué dans une attaque de drone attribuée aux Russes. Retour sur cette 212e journée du conflit.

Volodymyr Zelensky a accordé une interview exclusive à Ouest-France

Le groupe Sipa Ouest-France a participé ce vendredi 23 septembre 2022 à une interview exclusive du président ukrainien Volodymyr Zelensky depuis Kiev. Contre-offensive ukrainienne, « référendums » d’annexion russes, menaces de Vladimir Poutine, adhésion à l’UE… Après huit mois de guerre, le président Zelensky a répondu aux questions de notre journaliste en direct dans l’émission Face à Zelensky sur TV5 Monde.

Le président ukrainien a évoqué le « risque d’une catastrophe nucléaire à Zaporijjia » et est revenu sur les menaces du président russe à la télévision : « Je ne crois pas que le monde va permettre » à Vladimir Poutine d’utiliser l’arme nucléaire, a-t-il avancé. Questionné sur les morts depuis le début de la guerre, il a parlé de « 50 victimes militaires par jour » mais « cinq fois moins de militaires ukrainiens tués que des Russes ». Volodymyr Zelensky est également revenu sur les manifestations en Russie, des citoyens « qui ont peur aujourd’hui d’être réquisitionnés pour la mobilisation […] Manifester [et être emprisonné] est toujours plus sûr que la guerre », a-t-il encouragé. Vladimir Poutine ne pourra pas arrêter tout le monde. »

Le président Ukrainien a aussi abordé les « référendums » d’annexions russes, l’adhésion de son pays à l’Union européenne et la crise énergétique. Il a enfin regretté l’absence d’aide en provenance d’Israël et critiqué le rôle joué par la Chine. L’acteur Alain Delon a également participé à l’émission et échangé avec Volodymyr Zelensky. Particulièrement concerné par la guerre en Ukraine, il a déjà exprimé plusieurs fois sa solidarité avec le peuple ukrainien.

Lire aussi : Guerre en Ukraine, menace nucléaire, adhésion à l’UE… Ce qu’a dit Volodymyr Zelensky à Ouest-France

Lancement des « référendums » d’annexion par la Russie dans des zones prorusses

Des « référendums » d’annexion par la Russie ont débuté ce vendredi dans des quatre régions d’Ukraine contrôlées en partie par Moscou, ont rapporté les agences de presse russes. Ces votes doivent se tenir jusqu’au 27 septembre dans les régions sous contrôle russe de Donetsk et Lougansk, dans l’est du pays, et de Kherson et Zaporijjia, dans le Sud, en pleine agression militaire de Moscou contre l’Ukraine.

Les résidents des régions séparatistes prorusses de Donetsk et de Louhansk, qui ont déjà proclamé leur « indépendance », doivent se prononcer sur leur souhait de faire partie ou non de la Russie. Dans les régions de Kherson et de Zaporijjia, partiellement occupées par les forces russes, la question posée est la suivante : « Voulez-vous faire sécession de l’Ukraine, créer des États indépendants et faire partie de la Russie ? »

L’Ukraine et ses alliés ont prévenu qu’ils ne reconnaîtraient pas le résultat de ces référendums. Ces scrutins ont été qualifiés de « simulacres » par Kiev et les Occidentaux, et de « parodie de vote » par l’Otan. L’idée de ces référendums est évoquée depuis des mois par Moscou mais les récentes victoires militaires de l’Ukraine ont incité les autorités prorusses d’occupation à les organiser plus tôt que prévu.

Lire aussi : Guerre en Ukraine. Référendums : dans le Donbass, des votants forcés et de futurs « malgré nous »

Kiev poursuit sa contre-offensive dans l’Est, le jour des votes d’annexion

L’armée ukrainienne a annoncé, ce vendredi, avoir repris aux Russes une localité dans la région de Donetsk, dans l’est du pays, au moment même où Moscou organise des référendums d’annexion dans plusieurs régions d’Ukraine sous son contrôle. « L’armée ukrainienne a repris Iatskivka », a annoncé à la télévision Oleksi Hromov, un responsable de l’état-major militaire ukrainien, rapporte Le Monde. La prise de cette localité semble confirmer la poursuite de la contre-offensive ukrainienne qui a déjà permis à Kiev de reprendre plusieurs milliers de kilomètres carrés dans la région voisine de Kharkiv.

La situation en Ukraine durant le conflit, vendredi 23 septembre 2022. | INFOGRAPHIE / OUEST-FRANCE

436 corps exhumés à Izioum et un civil tué à Odessa dans une attaque de drone

Des responsables ukrainiens ont déclaré que 436 corps avaient été exhumés d’un lieu de sépulture de masse dans la ville d’Izioum, dans l’est du pays, dont trente portaient des signes visibles de torture, indique l’agence Associated Press, relayée par Le Monde. Le chef de la région administrative de Kharkiv, Oleh Synehoubov, et le chef de la police de la région, Volodymyr Tymochko, ont déclaré ce vendredi aux journalistes à Izioum que trois autres tombes avaient été localisées dans des zones reprises par les forces ukrainiennes lors d’une contre-offensive ce mois-ci.

Par ailleurs, « Odessa a été attaquée par des drones kamikazes depuis la mer. Deux drones ont détruit le bâtiment de l’administration dans le port », a annoncé ce vendredi sur l’application de messagerie cryptée, Telegram, le commandement sud de l’armée ukrainienne, précisant qu’un civil avait été tué et qu’un drone iranien Shahed-136 avait été abattu au-dessus de la mer.

Lire aussi : Guerre en Ukraine. Ce que l’on sait des découvertes macabres dans la région d’Izioum

Des « crimes de guerre ont été commis » en Ukraine, selon les enquêteurs de l’Onu

Erik Mose, le président de la commission d’enquête de l’Onu sur l’Ukraine, lancée en mars par le Conseil des droits de l’homme, a affirmé ce vendredi : « Sur la base des preuves recueillies par la commission, celle-ci a conclu que des crimes de guerre avaient été commis en Ukraine » depuis l’invasion par la Russie, en février.

Au cours des enquêtes dans les régions de Kiev, Tchernihiv, Kharkiv et Soumy, la commission a visité 27 villes et localités et a interrogé plus de 150 victimes et témoins, a-t-il expliqué. Lors d’un premier compte rendu oral, Erik Mose a énuméré les bombardements russes de zones civiles, les nombreuses exécutions, la torture, les mauvais traitements et les violences sexuelles, rapportés aux enquêteurs de l’Onu. « Des enfants ont également été tués et blessés lors d’attaques aveugles à l’arme explosive », a-t-il dénoncé.

Erik Mose a également déclaré : « Nous avons été frappés par le grand nombre d’exécutions dans les régions que nous avons visitées. La commission enquête actuellement sur ces décès dans 16 villes et lieux. Nous avons reçu des allégations crédibles concernant de nombreux autres cas d’exécutions, que nous sommes en train de documenter. »

L’Ukraine fustige l’Iran pour ses livraisons d’armes à la Russie

« Il s’agit de mesures de l’Iran allant à l’encontre de la souveraineté, de l’intégrité territoriale de notre État, ainsi qu’à l’encontre de la vie et de la santé des citoyens ukrainiens », a déploré sur Facebook Sergii Nykyforov, le porte-parole du président Volodymyr Zelensky, à propos des livraisons d’armes iraniennes à la Russie, le jour d’une frappe russe de drone iranien sur la ville d’Odessa, qui a fait un mort.

Lire aussi : Guerre en Ukraine. L’Iran va livrer des drones à la Russie

La Biélorussie ne prévoit pas de mobiliser des réservistes

Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a déclaré, ce vendredi, qu’il ne prévoyait pas de mobilisation après que son proche allié, la Russie, a annoncé enrôler 300 000 réservistes pour la guerre en Ukraine, a rapporté l’agence de presse d’État, Belta. « Nous ne nous battrons que lorsque nous aurons à défendre notre maison, notre terre », a souligné Alexandre Loukachenko.

About the author

admin

Leave a Comment