Film

Didier Bourdon renfile sa tenue de chasseur lors d’un tournage à Vieux-Moulin

Written by admin

Le comédien Didier Bourdon joue le rôle d’un agriculteur-chasseur dans le film « Chasse gardée ». Des scènes viennent d’être tournées en forêt de Compiègne. L’équipe va rejoindre Vic-sur-Aisne (Aisne) la semaine prochaine.




Temps de lecture:
3 min



Didier Bourdon, vous êtes venu en voisin sur le tournage du film…

J’ai une maison dans l’Aisne, depuis trente ans. J’ai l’habitude d’aller cueillir des champignons en forêt de Retz, j’ai même appartenu à la société mycologique de Reims. Je vais aussi m’approvisionner dans les serres de Courtieux. Cela me fait bizarre d’être là.



Est-ce en raison de votre rôle dans le sketch des Inconnus, « Les chasseurs (les bons et les mauvais) », que les réalisateurs ont pensé à vous pour ce rôle d’agriculteur-chasseur ?

Oui, je pense qu’ils y ont pensé, entre autres. Avant d’accepter de jouer dans ce long-métrage, j’ai lu le scénario écrit par Antonin Fourlon qui connaît très bien la chasse. Il est lui-même chasseur dans le Perche, il s’est inspiré de sa propre expérience et des anecdotes entendues. Il en ressort un film qui n’est pas manichéen, c’est ce qui me plaisait.


Êtes-vous vous-même chasseur ?

Je crois que je n’aurais pas la patience. Il faut avoir du temps, passer son permis. C’est lourd de se promener avec son fusil. La chasse est un vrai sacerdoce ! La seule chose qui m’aurait plus, c’est le rapport avec le chien, faire de longues promenades avec lui.


Votre sketch des chasseurs est revenu sur le devant de la scène suite à la décision du Sénat d’interdire la consommation d’alcool pendant la chasse. Qu’en pensez-vous ?

On peut très bien boire après la chasse. C’est comme quand on joue au rugby, il n’y a aucun intérêt de consommer pendant le match. Je pense que si un chasseur arrive bourré, j’imagine que le responsable fait le choix de l’exclure. Le chasseur n’est jamais seul, il doit penser à ses camarades. Maintenant, qu’il y ait des règles, cela me paraît normal. Quand on porte une arme, on a une responsabilité. À l’image de notre sketch, il y a des gens bien qui chassent en toute sécurité, afin de réguler les cheptels de sangliers et ce n’est pas un hasard si cette pratique est ancestrale. Et puis il y a ceux qui ne sont là que pour tuer, en treillis, qu’on verrait plus dans le Donbass qu’en forêt de Compiègne. Pour moi, ce n’est pas cela la chasse.






Un retour des Inconnus est-il prévu ?

Deux émissions seront diffusées d’ici la fin de l’année. L’une sera consacrée à la genèse de nos sketchs et dans la seconde, on invitera des personnalités à nos côtés. On a hâte !







Lire aussi



Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

Chasse
Vieux-Moulin (Oise)
Compiègne (Oise)
Didier Bourdon
Sénat

About the author

admin

Leave a Comment